Lettre à soi même : Annexe du 5ème défi d’Avril

Lettre à soi même,

Inspirée du livre « 50 prières qui vont changer votre vie » de Davina Delor, devenue Nonne Bouddhiste, j’ai eu l’idée d’adresser une lettre à mon corps, à moi même.

Cette lettre à soi même ( que vous trouverez au format pdf ci dessous ) est générique afin que chacun puisse s’y retrouver. Cependant vous pouvez vous inspirez de cette dernière pour rédiger votre propre lettre à vous même. Cette lettre ( prière) est une annexe au 5ème défi d’avril à savoir, « s’accepter pour changer Et non changer pour s’accepter ». Ce défi s’inscrit dans le pardon à soi ( corps et esprit), pour s’accepter, s’aimer et se respecter, pour ensuite, pourquoi pas, envisager de changer ce qui peut être changer et accepter avec sagesse et sérénité, ce qui ne peut être changé.

Exemple: je souhaite perdre ou prendre du poids, je commence par m’accepter tel que je suis aujourd’hui ( avec ces quelques kilos en moins ou en trop), et ensuite j’envisage d’adopter un nouveau rééquilibrage alimentaire me permettant d’accéder à un éventuel changement.

Vous vous demandez peut être mais pourquoi s’accepter si je veux changer? Car c’est grâce à l’acceptation de soi, de son corps, que nous nous donnons toutes les chances d’une coopération avec nous même qui optimise les résultats d’un changement. Pour illustrer ceci: si vous passez votre temps à détester quelqu’un, à le dévaloriser et à ne pas croire en lui, pensez vous que cette personne aura l’envie de bien travailler avec vous ou les ressources nécessaires pour croire en lui et vous aider, vous rendre service? Bien évidemment que NON! 

Et bien pour votre corps ou vous même c’est la même chose, si vous passez votre temps à avoir des pensées négatives à son égard, à ne pas croire en son pouvoir de guérison ou de capacité à changer, il vous rendra ce que vous lui donner, il se comportera de la manière dont vous le percevez…

⬇️

Lettre à soi même

Dernière chose avant de vous présenter la lettre à soi même, L’amoir de Soi est différent de l’amour Propre! L’un est naturel et Bon ( nécessaire à une bonne estime de soi), l’autre est mauvais. Dans le « Discours sur l’inégalité parmi les hommes », Jean-Jacques Rousseau distingue deux tendances chez l’homme:

-l’amour propre: sentiment mauvais, relatif, né de la comparaison et de la réflexion; il suppose la distinction entre l’être Et le paraître. L’amour propre nous pousse à tout sacrifier à l’image qu’autrui se fait de nous. 

En revanche,

-l’amour de soi, et il s’agit bien ici de cet amour la, est un sentiment naturel et bon, il est pour l’homme la forme que prend l’instinct de conservation. Dans le Premier Dialogue, Rousseau en fait la source originelle de toutes les affections, y compris la pitié.

Bonne lecture à tous

De tout mon cœur,

Céline David-Nillet 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.