Confinement et continuité pédagogique: Lâchez prise pour votre bien être et celui de vos enfants.

Lors des deux groupes de paroles sur le thème confinement et anxiété Que j’ai animé cette semaine pour l’association AFEP, j’ai observé que de nombreux parents se mettent beaucoup de pression ( pression qui peut être répercutée sur leurs enfants ).

Je souhaite inviter tous les parents à lâcher prise, et à déculpabiliser.

Les enfants ont avant tout besoin de connexion physique (câlins, massages, portage…) et émotionnelle (se sentir rassurés, compris, entendus). Ils sont eux aussi en difficulté : le confinement n’est ni évident ni inné car leurs besoins de mouvement peuvent être entravés, car ils peuvent souffrir de ne pas voir leurs amis, car le travail scolaire demandé peut être trop important, car ils peuvent avoir peur de ne pas réussir les exercices demandés par l’enseignant, car ils peuvent s’inquiéter pour leurs grands-parents ou arrière grands-parents, car l’ambiance générale est anxiogène.

Les devoirs donnés aux enfants ne sont qu’une proposition à laquelle le parent peut et doit s’adapter en fonction de ses capacités, de sa disponibilité psychique, de ses ressources, et de son temps. Mais aussi en fonction de la disponibilité psychique de l’enfant. Il est inutile de chercher à rentabiliser cette période de confinement.

Pensez un instant aux familles qui n’ont pas internet, pas d’imprimante, et aux parents qui n’ont pas les capacités cognitives de s’improviser enseignant. La pédagogie est un vrai métier.

Pensez aux familles monoparentales, aux familles nombreuses, aux familles dont les deux parents travaillent ou télétravaillent, aux familles avec des parents malades.

J’insiste: Votre enfant à avant tout besoin d’amour, à avant tout besoin de rire, de sourire, de jouer et de s’émerveiller.

A mon sens, la continuité pédagogique est là pour maintenir un niveau d’instruction. Mais l’enfant ´n’apprend il pas quand il joue, quand il gagne, quand il perd?n’apprend il pas l’orthographe, la grammaire et la conjugaison quand il lit ? les mathématiques quand il cuisine ? le vocabulaire quand il regarde un film à la télévision?…

Apprendre la sérénité, la résilience et soigner le bien être psychique de nos enfants est pour moi, bien plus important que maîtriser la leçon de grammaire, ou rendre à temps l’exercice de maths.

Votre enfant a besoin de vous en tant que parents.

Soyez un parent aimant, aidant et à l’écoute avant de chercher a être un enseignant.

Alors fermez vos cahiers et posez vos crayons et offrez à vos enfants quelques jours bien mérités ( sans devoirs ni continuité pédagogique) pour leur enseigner l’école de la vue, et faire la « fête du confinement » comme dit mon amie et co-conférencière, Beatrice Laurier.

Prenez soin de vous et vos enfants.

Je vous retrouve vendredi pour une visioconférence sur les alternatives à la punition et lundi et mercredi pour un groupe d’échanges.

Je reste à votre écoute celine.david.nillet@live.fr.

Merveilleuse journée.

Céline David-Nillet, une psychologue positive.